Widget Image

Dernière actualités

CONTACT: 
info@cpts-ouest-gironde.fr
TÉLÉPHONE: 
0651367345
CPTS OUEST GIRONDE / PREVENTION  / Votre prevention du mois  / SANTE MENTALE DES JEUNES

SANTE MENTALE DES JEUNES

La santé mentale des jeunes s’est fortement dégradée en quelques années et a donc été érigée en GRANDE CAUSE NATIONALE depuis le17 janvier 2024.
Quatre ans après le COVID, les effets du confinement sur la psyché des jeunes se font encore ressentir. une étude de l’Université de Bordeaux s’est intéressée à la santé mentale des jeunes :
42 % des étudiants souffraient de symptômes dépressifs en 2023. Ils étaient 26% avant la Covid !

1 adolescent sur 7 présente de graves risques de DEPRESSION (ENCLASS 2022 publié le 09 avril 2024) !
Au CH de Charles PERRENS, la file active des enfants et adolescents pris en charge a augmenté de + 44 % entre 2020 et 2023 !

SANTE PUBLIQUE FRANCE alerte sur le doublement des tentatives de suicide déclarées chez les 18-24 ans entre 2017 et 2021.

QUELS SONT LES PRINCIPAUX TROUBLES PSYCHIQUES CHEZ LES JEUNES?

l’ANXIETE GENERALISEE : état d’inquiétude constant, durable et difficilement contrôlable.
LE TROUBLE PANIQUE
LA PHOBIE : elle peut être sociale
LE TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF (TOC)
LES TROUBLES DU COMPORTEMENT : alimentaire, état délirant etc.
LA DEPRESSION avec possible passage à l’acte suicidaire.

La dégradation psychique concerne particulièrement les adolescents de 11 à 17 ans et les jeunes adultes de 18 à 24 ans. Les filles semblent plus touchées que les garçons.

POURQUOI LES JEUNES SONT-ILS DE PLUS EN PLUS EN DIFFICULTES PSYCHIQUES ?

La crise SANITAIRE a pu être un facteur aggravant de la dégradation de la psyché des jeunes.
Pourquoi ?
LES CONFINEMENTS à répétitions
l’INCERTITUDE SUR LE FUTUR : sentiment de perte de sens
RESTRICTIONS DE LA VIE SOCIALE et INQUIETUDE ECONOMIQUE

L’environnement joue un rôle important :
Le stress (scolaire, familial avec conflits ou violences familiales), les événements de vie,
l’alimentation, l’inactivité physique, l’exposition des substances psychoactives.
Les jeunes en situation de précarité sont 3 fois plus susceptibles de développer des idées suicidaires.
Les minorités sexuelles présentent également un sur risque d’idées suicidaires.
Enfin, on peut avancer d’autres causes anxiogènes comme les conflits armés, la crise climatique.

COMMENT RECONNAITRE UNE DEGRADATION PSYCHIQUE CHEZ UN JEUNE ?

L’entourage familial est souvent démuni et peut croire , à tord, que le jeune est en simple crise d’adolescence alors qu’il est en mal être profond avec possiblement le danger de conduites suicidaires ou de troubles du comportement alimentaire ou des risques d’automutilations etc.
La véritable crise psychique peut être brutale : « un coup de tonnerre dans un ciel serein » ou parfois lente et insidieuse : la santé mentale demeure un tabou où le silence tue….

LES SIGNES D’ALERTE d ‘un jeune en souffrance peuvent être :
• L’incapacité à faire face aux tâches de la vie quotidienne : difficulté à se rendre à son établissement scolaire ou à son lieu de stage avec ABSENTEISME accru
Isolement et difficultés à rentrer en contact avec les autres
Plaintes somatiques répétées : répétitions de symptômes identiques avec possibles douleurs multiples (maux de ventre, maux de tête) fatigue répétée, manque d’énergie pour toute activité etc.
Sommeil perturbé : insomnies répétées ou cauchemars ou réveils répétés dans la nuit.
Agressivité inhabituelle : contre soi même ( scarifications, troubles alimentaires restrictives anorexiques ou excessive boulimique) ou contre les autres.
Répétitions des situations d’échec
Trouble addictif : usage de toxiques multiples ( tabac , cannabis, alcool..)

QUE FAIRE SI JE CONSTATE UNE DEGRADATION PSYCHIQUE CHEZ UN JEUNE ?

Si les signaux d’alerte se répètent et durent plus de 6 mois, il est capital de chercher de l’aide. Il est donc IMPERATIF de consulter.

BRISER L’ISOLEMENT : « tu m’inquiètes…que se passe t’il ? Je peux t’aider ? Je suis là pour t’écouter et te soutenir sans jugement «
PARTAGER SES INQUIETUDES avec ses amis ou le corps enseignant pour les valider.
NE PAS JOUER AU THERAPEUTE : RéFéRER : Le jeune en état psychique dégradé n’a pas la
capacité de réagir face à sa situation et ne peut chercher seul du soutien. En tant que parent, ami, enseignant votre MISSION EST DONC DE L’ACCOMPAGNER et de le GUIDER vers un
SOIGNANT.

QUELS DISPOSITIFS POUR AIDER UN JEUNE EN SOUFFRANCE ?

1. LIGNES D’ECOUTE : destinées aux jeunes en détresse mais aussi à l’entourage.
3114 : depuis 2021, il propose une écoute anonyme de prévention du suicide. Il est gratuit et des professionnels de santé apportent des réponses adaptées à chaque situation.


QUESTION PSY : nouveau dispositif qui fonctionne du lundi au vendredi. De 10h. À 17H30. Des infirmiers expérimentés sont joignables au 0800 71 08 90.

https://www.linkedin.com/posts/centre-hospitalier-charles-perrens_gironde-ugcPost-7186748587039432704-OiQb?utm_source=share&utm_medium=member_android

FIL SANTE JEUNES: 0 800 235 236 : espace de discussion et de chat pour les 12/25 ans: Anonyme et accessible de 09h à 23h et ce 24H SUR 24H
NIGHTLINE : service d’écoute confidentiel et anonyme tenu par des étudiants de 21h à 02H20. Possibilité de s’exprimer en anglais.
SOS AMITIE : 09 72 39 40 50. 24h sur 24. Service gratuit.
ECOUTE- famille UNAFAM : pour les personnes qui doivent faire face à la maladie psychique d’un proche. Des psychologues répondent de 09h à 13h et de 14 h à 18h au 01 42 63 03 03
PHARE ENFANTS PARENTS : bénévoles l’écoute des jeunes ou de leurs proches au 01 43 46 00 62 du lundi au vendredi de 10H à 17H
SUICIDE ECOUTE : au 01 45 39 40 00 tous les jours , 24H/24 avec coût d’une communication locale.
DROGUES INFO SERVICE : Pour les jeunes en difficultés en lien avec des ADDICTIONS :0 800 23 13 13 tous les jours de 08H à 02H.

2. DES PROFESSIONNELS A L’ECOUTE : si le jeune en souffrance préfère être pris en charge en présentiel :
INFIRMIERE SCOLAIRE ou ASSISTANCE SOCIALE : au sein de l’établissement scolaire
INFIRMIERE, ASSISTANT SOCIAL, PSYCHOLOGUE ou MEDECIN DE TRAVAIL sur le lieu de travail.
LE MEDECIN TRAITANT : souvent en première ligne et peut orienter vers un psychologue ou un psychiatre faire connaitre les dispositifs d’écoute mis en place comme QUESTION PSY. Il peut également prescrire des séances de prise en charge en
psychologie (santé psy étudiant et Mon soutien psy).
MON SOUTIEN PSY : des séances prises en charge par l’assurance maladie. Avec accord du médecin, une PRESCRIPTION d’un accompagnement psychologique comprendra 1 bilan et de 1 à 7 séances de suivi psychologique: image mon soutien psy
SANTE PSY ETUDIANTS : Un étudiant peut bénéficier de 8 séances gratuites avec un psychologue partenaire. Une prescription de votre médecin vous permettra de choisir votre psychologue sur le site SantéPsy.Etudiants qui prendra en charge le jeune sur 8 séances gratuite sans avance de frais.
https://santepsy.etudiant.gouv.fr/
LES POINTS D‘ACCUEIL D’ECOUTE JEUNES : PAEJ : entretiens gratuits chez des jeunes majeurs de 12 à 25 ans sur des problématiques de conflits familiaux, violences, délinquances ou consommations de produits psycho actifs, décrochage scolaire, souffrance psychologique ou difficultés relationnelles.
LES CMP : regroupe des infirmiers psychologues et des psychiatres avec des assistances sociales et des professionnels de santé comme ergothérapeute, psychométricien, éducateur spécialisé etc. Les CMP sont sectorisés et les consultations sont entièrement prises en charge par la CPAM.
LES CMPP : CENTRE MEDICO PSYCHO PEDAGOGIQUE : de la naissance jusqu’à 20 ans.
LES SERVICES DE SANTE ETUDIANTE : SSE : soins de premier recours avec diagnostic, soins et prévention. Missions renforcées sur la santé mentale, la santé sexuelle, les addictions, la nutrition et le sport Santé.
BAPU : BUREAU D AIDE PSYCHOLOGIQUE UNIVERSITAIRE : établissement. Médico-social qui propose des consultations médico-psychologiques pour les élèves de. Terminales et les étudiants. Consultations prises en charge par la CPAM.

 

 

DES LIVRES POUR PARLER DE LA SOUFFRANCE DES JEUNES

« Derrière les masques, la souffrance mentale des jeunes » de Cynthia MORGNY, Pierre CHALMETON, Bérénice LAMBERT et Céline LECLERC : mai 2022
« Ado désemparé cherche société vivante » de Marion ROBIN : Septembre 2017
« En souffrance : adolescence et entrée dans la vie » de David LE BRETON : Octobre
2007

Pour que notre système de santé demeure toujours protecteur et pour assurer la pérennité du système de santé Français, la participation du patient en adoptant les bons réflexes est INDISPENSABLE : le JUSTE SOIN, AU JUSTE COUT.

QUELS SONT LES BONS REFLEXES ET LES BONS COMPORTEMENTS A ADOPTER ?

- LES BONS CONTACTS EN CAS D’URGENCE

- LES BONS REFLEXES pour préparer vos rdv médicaux

- PRENDRE VOTRE CARTE VITALE pour vos consultations

- ANNULER LES RDV DE SANTE que vous ne pouvez honorer
- APPELER LE 15 en cas D’URGENCE MEDICALE
- EN CAS DE PRISE DE SANG : votre médecin et vos spécialistes peuvent vous donner des analyses à faire et parfois ordonner des bilans avec doublons
: PENSER A PREVENIR LE LABORATOIRE POUR EVITER DE FAIRE DES EXAMENS EN DOUBLONS et d’occasionner des dépenses inutiles
: PENSER A MONTRER AUX SPECIALISTES les bilans ordonnés par votre médecin traitant

- PREPARER VOS PRISES DE SANG ET VOS RESULTATS D’ EXAMENS POUR TOUTES VOS CONSULTATIONS

LA PREVENTION SANTE SEXUELLE

Consiste à sensibiliser les patients sur :

  • La Vaccination contre HUMAN PAPILLOMA VIRUS (HPV)
  • Les INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)
  • La CONTRACEPTION
  • l’INFERTILITE
  • La PREVENTION CANCER : Col, Sein
  • La MENOPAUSE

 

VACCINATION HPV : concerne TOUS LES PATIENTS de 11 à 14 ans (rattrapage jusqu’à 19 ans.Prévient de l’IST la plus fréquente ++

Prévient des virus responsables de cancer (col, anus ) et de condylomes.

IST : transmission par rapports NON PROTEGES : peuvent engager le pronostic de FERTILITE ( chlamydiae) ou VITAL ( HIV) : DEPISTAGE +++ avant de débuter rapports non protégés

  • Comment dépister ? Prélèvement de SANG : sérologies HEPATITE A (homosexuel) B ET C, HIV, SYPHILIS et Prélèvement URINAIRE : recherche chlamydiae et gonocoques
  • Comment se protéger ? PRESERVATIF pris en charge par la CPAM sans ordonnance pour  les MOINS DE 26  ans.

 

CONTRACEPTION : accès facilité pour les femmes de moins de 26 ans :  avec consultations 1/an prises en charge à 100% jusqu’à 25 ans révolu ( suivi,pose de stérilet etc..).Des contraceptions remboursées : prescrites par des médecins ou des sage- femme et possiblement renouvelée 1 fois par infirmier ou pharmacien.

QUELLES CONTRACEPTIONS ? Hormonales (pilule, anneau, patch, implant, stérilet progestatif ),  les stérilets intra utérin au cuivre, les diaphragmes, les capes, les préservatifs et les spermicides

LA CONTRACEPTION DURGENCE ? Après un rapport non protégé, à prendre RAPIDEMENT dans un délai de 3 à 5 jours.

QUI FAIT LE SUIVI DE CONTRACEPTION ? suivi gynécologique par une sage-femme ( compétente pour prescrire, surveiller, poser ou retirer des moyens contraceptifs), un médecin généraliste ou gynécologue.

QUEL SUIVI ? 

Examen clinique annuel (entretien sur les Antécédents personnels et familiaux, les facteurs de risque et les usages de toxiques, Tension artérielle, poids, palpation des SEINS, examen gynécologique si NECESSAIRE.

FROTTIS du col utérin : remboursé de 25 à 65 ans (les 2 premiers à 1an d’intervalle puis tous les 3 ans et après 30 ans tous les 5 ans),

PRELEVEMENT de sang ( CHOLESTEROL)  en fonction du contraceptif,         MAMMOGRAPHIE de suivi (tous les 2 ans de 50 à 74 ans).

 

L’INFERTILITE : le bilan concerne le couple avec :

  • Spermogramme
  • Bilan hormonal chez la femme : FSH+ estradiol + AMH  à J2 J3 du cycle menstruel

Dosage progestérone  J20 J22 + sérologies Toxoplasmose, rubéole et chlamydiae.

  • Comptage des follicules antraux par ECHOGRAPHIE.
  • HYSTÉROGRAPHIE (évalue la perméabilité des trompes)

LA MENOPAUSE : définie par une absence de règles pendant 1 an.

  • Suivi annuel pour prévenir les cancers (sein, ovaire) et l’ostéoporose : entretien sur les symptômes gênants la patiente, tension artérielle, examen des seins et gynécologique, mesure de la taille (ostéoporose).
  • frottis du col utérin jusqu'à 65 ans,
  • mammographie jusqu’à 74 ans révolu,
  • ostéodensitométrie osseuse tous les 2 ans après 50 ans.

LIEUX ET SITE PREVENTION SEXUELLE

  • Des centres de santé assurent des consultations de contraception  ainsi que d’éducation et de prévention sexuelle : https://www.gironde.fr/sites/default/files/2023-07/css%204%20PAGES%2010.07.pdf
  • Santé JEUNES : 0800 235 236 appel anonyme gratuit de 8h à minuit.
  • questionsexualite.fr : informations sur contraception.
  • ivglesinfos.org : informations fiables et adresses utiles sur IVG.
  • EXAMEN CLINIQUE : 7 examens prénataux : pris en charge à 100% par la CPAM. Le premier entre le 1er  et le 3ème mois puis 1/mois : POIDS, TA, examen obstétrical
  • EXAMENS BIOLOGIQUES :
  • HCG pour confirmer la grossesse
  • GROUPAGE Sanguin RAI, SEROLOGIES (TOXOPLASMOSE++, RUBEOLE, HIV, SYPHILIS, HEPATITE B (Ag Hbs) et C, ferritine etc.)
  • Analyse urinaire mensuelle : PROTEINURIE et GLYCOSURIE 1/mois
  • RECHERCHE DE TRISOMIE 21 : Au 3ème mois de grossesse
  • PRELEVEMENT VAGINAL (recherche de streptocoques) , analyse d’urine
  • ECHOGRAPHIES OBSTETRICALES : 1 fois par TRIMESTRE. Surveille le développement du fœtus : prise en charge à 100 % à partir du 6ème mois
  • Une consultation ANESTHESISTE : pour faire le point sur les allergies, la possible péridurale et les traitements en cours (au 8ème mois : PRISE EN CHARGE 100 % )
  • UN EXAMEN BUCCO DENTAIRE : au 4ème mois prise en charge 100%
  • 7 SEANCES DE PREPARATION à la naissance et  à la parentalité : entre le 7ème et le 9ème mois prise en charge 100%

https://www.1000-premiers-jours.fr/fr

  • EXAMEN CLINIQUE : recherche d’un Essoufflement (dyspnée), Prise de poids, Oedème et Fatigue (EPOF)
  • POIDS +++ Il est demandé au patient de se peser 1 /semaine : Alerter le médecin si PRISE DE POIDS brutale de 2kgs /5 jours !
  • OEDEMES DES MEMBRES INFERIEURS et auscultation CARDIO PULMONAIRE
  • EXAMENS BIOLOGIQUES :
  • PROBNP (doseur marqueur minimum une fois /an)
  • FONCTION RENALE (prise de sang et URINES)
  • IONOGRAMME NA+ (Sodium) K+ (Potassium))  CA2+ (Calcium)
  • SURVEILLANCE PAR LE SPECIALISTE CARDIOLOGUE
  • ECG
  • ECHOCARDIOGRAPHIE : MESURE DE la fraction d’éjection 1/an

    https://cpts-ouest-gironde.fr/2023/05/10/insuffisance-cardiaque-ic/

  • L’AUTOMESURE avec un tensiomètre : Confirme l’HTA et suit l’EFFICACITE DU TRAITEMENT. Réalisable Sur une application gratuite, par exemple : https://www.depisthta.net/suivihta.html

ou un relevé papier

:https://www.ameli.fr/sites/default/files/2018403_releve_amt_accompagnement_hta-v2.pdf

 

  • EXAMEN CLINIQUE :
  • ACCOMPAGNEMENT (OBSERVANCE du traitement, mesures Hygiéno-diététiques incluant le SPORT et le CONTROLE DES TOXIQUES tabac, alcool etc.  , TOLERANCE des médicaments,)
  • CONTROLE des auto-mesures (efficacité du traitement, adaptation du traitement et de la posologie)
  • POIDS et IMC
  • EXAMEN CARDIO-VASCULAIRE : recherche de signes d’insuffisance cardiaque

 

  • EXAMEN BIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES :
  • REIN  par analyse de sang et des urines (1/an recherche de PROTEINURIE et CREATINURIE RAC) 
  • LDL CHOLESTEROL
  • IONS NA+ (Sodium) K+ (Potassium))  CA2+ (Calcium)
  • SUIVI SPECIALISTE : consultation chez le médecin CARDIOLOGUE : 1/ 2ans
  • ECG
  •  ECHOGRAPHIE CARDIAQUE: surveille la taille de votre cœur (myocardiopathie hypertensive), sa fraction d’éjection (FE )
  • EPREUVE D’EFFORT : contrôle votre Tension Artérielle à  l’effort et d’éventuels troubles du rythme à l’effort.
  • +/- DOPPLER vasculaires 
  • EXAMEN CLINIQUE : approfondi minimum 1 fois par an voire plus si diabète déséquilibré :
  • POIDS, mesure de TA, examen CARDIOVASCULAIRE
  • examen NEUROLOGIQUE (sensibilité au FILAMENT)
  • examen CUTANE (recherche de PLAIES)
  •  ACCOMPAGNEMENT (tolérance médicaments, diététique, activités physiques)
  • 7 EXAMENS DE SUIVI :
  • Les ATELIERS D’EDUCATION THERAPEUTIQUE : vous pouvez solliciter votre médecin pour vous inscrire  »
    je souhaite participer à un atelier»